- Cette page a été publiée le 11 novembre 2006, et modifiée le 13 juillet 2008 -

Généalogie du Lynx pardelle



Descendant direct du Lynx issiodorensis, le Lynx pardelle (Lynx pardinus) s'est différencié  de son ancêtre au cours du Pléistocène moyen (–781000 à –126000 ans BP) en présentant à cette époque des caractères intermédiaires entre les deux espèces. Pour cette raison, les individus de cette période de transition posent un problème aux taxonomistes:

Parfois, certains auteurs reconnaissent ici, pour cette période précise, une espèce distincte: le Lynx des cavernes (Boule, 1906), dont on trouve dans la littérature plusieurs variantes du nom scientifique: Lynx splelaeus, Lynx spelaea, Lynx speleus, Lynx pardina spelaea, Lynx pardinus speleus...

Néanmoins, il faut noter que la réalité taxonomique du Lynx des cavernes semble ne pas faire l’unanimité parmi les spécialistes: certains d'entre-eux (ARGANT, 1996 ;  VIGNE et PASCAL, 2003) considèrent ces restes osseux - aux caractères intermédiaires entre L. issiodorensis et L. pardinus  - comme la forme primitive du Lynx pardelle, et la nomment donc déjà pour cette période Lynx pardinus. Du fait de cette controverse, selon que l'on se range sur un avis ou sur un autre, la période d'apparition du Lynx pardinus diffère donc de... plus d'un demi-million d'années.

Mais il faut aussi savoir que les specimen connus de Lynx du Pléistocène moyen ne présentent pas tous des caractères morphologiques engagés dans la voie de spéciation menant vers le Lynx pardelle: d'après TESTU (2006), "il n'y a en fait sur les Lynx [des cavernes] méditerranéens étudiés aucun signe indiquant une parenté avec L. pardinus. Les caractères qui pourraient le suggérer (...) sont plus vraisemblablement hérités de L. issiodorensis que précurseurs de L. pardinus. Ceci tend à supposer que la spéciation de L. pardinus ne s'est opérée que localement, au niveau de la Péninsule ibérique où l'on retrouve des fossiles engagés dans cette voie (CARDOSO, 1996), à partir de populations de L. issiodorensis autochtones, comme le pense HEMMER (2001)."

Lynx pardina spelaea

Lynx pardina spelaea


Quoi qu’il en soit, pour la période suivante, à partir du Pléistocène supérieur (-126000  à –10000 ans BP), l’espèce Lynx pardelle - Lynx pardinus (Temminck, 1827) - est clairement différenciée de son ancêtre (qui parallèlement a disparu).

D'après VIGNE et PASCAL (2003), le Lynx pardelle sera constamment présent en France continentale jusqu’à l’Antiquité (Pyrenées, Provence, plaine languedocienne, et peut-être même jusqu'en Aquitaine) puis régressera progressivement, jusqu'à disparaître officiellement de l'hexagone vers la deuxième moitié du XXè siècle seulement.

Aujourd'hui, les dernières populations connues de cette espèce sont
situées dans de minuscules zones de la péninsule ibérique et sont dans une situation très critique:
après avoir connu une baisse de 85% par rapport à sa population totale de 1990 (qui se chiffrait entre 1000 et 1200 individus), l'espèce ne compte plus actuellement que 140 individus aux derniers recensements de 2006. Pour cette raison, d'après l'UICN c'est l'espèce de félin la plus menacée au monde, et c'est bien au sein de la pourtant richissime Union Européenne que cette désastreuse situation se produit...

 

Lynx pardinus



- Patrick THEREY 2006/2012 - www.lynxologie.org - Tous droits reservés © -
 
 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement